Frédéric

IMG_3565C’est à l’aube de ses 35 ans que Frédéric se lance dans la grande aventure des Chemins de l’or bleu. En juin 2015, Martin Trahan le contacte pour prendre une place laissée vacante par le départ de Pénélope, qui a abandonné le voyage pour des raisons de santé, et de Simon, qui retourne aux études. Après une courte semaine de réflexion dans le désordre de son déménagement, Frédéric accepte de relever à pied levé le colossal défi : 100 jours de canot à destination d’Inuvik, en partance du lac Winnipeg, avec Martin comme seule figure connue du groupe. À bord de sa voiture, qui servira au retour de Simon, avec un ravitaillement pour l’équipe, sa guitare, son baril et son aviron, il part pour Pine Dock, petite bourgade sur les rives du lac Winnipeg, pour rejoindre l’équipe de canoteurs le 22 juillet au soir. C’est le début d’une épopée.

Les premières expériences de canot de Frédéric ont eu cours durant son enfance dans les camps Kéno et Trois-Saumons. Après trois années passées dans ces camps, les sports nautiques sont mis au rancart pour une bonne quinzaine d’années. C’est au contact de nouveaux ami-e-s, dont Martin Trahan, que Frédéric retourne pagayer les rivières québécoises durant les congés estivaux. De 2009 à 2013, il descend les rivières Malbaie, Bonaventure, Dumoine et Jacques-Cartier lors de courts périples. Ces expériences de canot camping culminent avec une expédition de 20 jours en 2014, en compagnie de Martin, qui lui fera traverser le réservoir Gouin et la rivière Ashuapmushuan. C’est donc dans toutes ces sorties en rivières qu’il a acquis l’expérience nécessaire pour naviguer avec les Chemins de l’or bleu.

Pour dire vrai, le canot n’est pas le sport premier de Frédéric, ni même le deuxième. C’est un des sports de plein air qu’il aime pratiquer, comme le trekking ou l’escalade. Dans l’expérience des Chemins de l’or bleu, c’est d’abord l’appel de l’Aventure qui est au cœur de sa motivation : une expérience démesurée offerte sur un plateau d’argent, qui lui fera traverser plus de territoire qu’il n’aurait jamais pensé en voir. Il a toujours aimé les situations inconfortables qui sollicitent ses capacités d’adaptation et sa persévérance. Ces milliers de kilomètres à parcourir en canot à travers ce large pays sont le parfait prétexte pour pousser encore plus loin les limites connues de son endurance. Ainsi, c’est avec un immense bonheur que Frédéric s’est joint à l’équipe des Chemins de l’or bleu pour franchir 100 jours de folie.