Journal de bord - Semaine 20

Journal de bord – Semaine 20

Jour 134 – 05 septembre 2015                                                                                                                                                                                                                                                                                    

1 portage. Repos. Départ tardif. Nous saluons les Amérindiens qui ont accepté que nous partagions leur territoire. Le courant est bon. Nous atteignons une bonne vitesse. Longue section de rapides enclavées entre les falaises. Magnifique. Grandiose. Merveilleux.

Jour 135 – 06 septembre 2015                                                                                                                                                                                                                                                                                  

65 km. Rapides en début de journée. Plat par la suite avec un bon courant qui nous pousse… Il fait froid avec ce ciel sans soleil et cette faible pluie. Dodo sur la Clearwater River.

Jour 136 – 07 septembre 2015                                                                                                                                                                                                                                                                                   

32 km. Fort McMurray. Rencontre avec Gino, la richesse de la ville! Accueil chaleureux, amis, partage, rires, histoires, repos, bouffe, boissons… Merci! La ville de la démesure est devenue celle de l’amitié nouvelle. On parle à tous de nos aventures et on a peine à croire que nous sommes les héros de toutes ces histoires! Pourtant, c’est bien nous. Inuvik brille au loin, mais nous sommes au chaud, ici, à Fort McMurray, pour la nuit…

Jours 137 – 138  08/09 septembre 2015

Jour 138 – 10 septembre 2015

43 km. Ça y est, nous sommes repartis. Après de nombreux détours, nous arrivons à mettre à l’eau sur une petite rivière; en effet, toutes les possessions des pétrolières (cours d’eau, lacs, terrains, berges, etc.) sont clôturées par des barbelés. C’est terrible… la Nature emprisonnée… Ça sent l’essence… le goudron imprègne tout autour de lui. On brûle le bois et ça sent l’essence. Au loin, nous voyons les flammes. Pas celles des cieux, mais celles de cette terre gorgée de combustible.

Jour 139 – 11 septembre 2015

70 km. Belle journée sur ce quasi-fleuve. Hot-dogs au menu du dîner! Paysages sans raffinerie, mais toujours cette même odeur lorsque le feu danse. Du pétrole et du bitume. Dodo sur la Athabasca River.